Lettre d’Espagne #3

Publié: mars 30, 2015 dans Cartes Postales

Jpeg
Comme promis, je reviens avec une autre lettre d’Espagne. Si (par malheur) vous avez loupé les précédentes, vous pouvez les lire ici et
Après les fêtes de fin d’année, retrouver soudainement le calme et le silence demande un peu d’adaptation. Mais entre les gouttes de pluie ou le ciel gris, on profite de chaque rayon de soleil pour s’aventurer dehors.
Jpeg
Le fait d’habiter une ville n’aide pas tellement à la connaître. On croit en faire partie, on y prend peu à peu ses repères mais au fond, on n’a aucune idée des secrets qu’elle cache. Plus grave, on ne cherche même pas à les apprendre. Les places, les rues et les monuments sont devenus des étapes de nos trajets pendulaires comme des stations sur une ligne de métro.
Au fur et à mesure que l’on prend le train de cette vie, on n’ose de moins en moins se défaire de l’ordre et de l’habitude des allers retours quotidiens. Pourtant, c’est en suivant son regard étranger que l’on a le plus de chances d’apprivoiser Madrid
Jpeg
Pour se défaire de l’ennui qui s’installe, il faut accepter de prendre le temps. S’évader des souterrains et des couloirs du métro pour marcher et s’égarer à la surface, par exemple. Puis laisser nos yeux curieux nous emmener toujours un peu plus loin. En pirates à l’abordage d’une île urbaine pleine de surprises et de merveilles, une fois que l’on oublie les troupeaux de gens pressés qui marchent sans même lever la tête.
Au fil des pas, de parc en jardin, on s’étonne d’être captivés par des petits détails, des ambiances, des lumières. On s’ouvre à la ville qui s’empare de nous au lieu de s’imposer à elle. Finalement c’est Madrid qui nous habite, et pas le contraire.

Les rives du fleuve Manzanares, les églises, les cathédrales, les ponts et le palais royal… Autant de croix que l’on marque sur notre carte au trésor, autant de fils dans cette toile d’araignée qui se tisse peu à peu. Loin de nous faire prisonniers, elle devient la scène dans l’ombre de nos nuits. Un réseau de passages qui nous aide à capturer chaque jour l’âme fuyante de cette grande fourmilière d’Espagne. En explorant de nouveaux endroits dès qu’on en a l’occasion, et en remplissant de souvenirs cette année étrangère qui touchera bientôt à sa fin.

Ces images gravées, on plonge dedans quand la chaleur et le ciel bleu de l’hiver laissent place aux nuages et à la pluie de printemps… Bizarre, mais c’est aussi ce qui fait le charme de cette capitale au cœur des montagnes.

Jpeg

Les rives aménagées du Manzanares, petit fleuve (ou grande rivière) qui traverse Madrid

Jpeg  Jpeg Jpeg  Jpeg Jpeg  Jpeg

Jpeg

Le Palais royal et son esplanade


Jpeg  Jpeg
Jpeg  Jpeg

Jpeg

Le sud de Madrid se dévoile en contrebas du palais et de la cathédrale

Jpeg

La « Ronda de Atocha », énorme rond point devant la gare d’Atocha

Jpeg

Le Palacio de Cristal du Parque del Retiro, à la nuit tombante


Jpeg Jpeg
Comme les fois d’avant, voilà un peu de musique pour patienter jusqu’à la prochaine lettre d’Espagne…

Je vous souhaite de passer une belle semaine, en gardant les yeux ouverts sur le monde environnant, le printemps et la nature qui se réveillehttps://www.youtube.com/watch?v=6nK5C7AMkbg

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s